La Bohème

Vivre en famille dans un Rancho

J’aime bien la vie à la ferme.

On ne se prend pas la tête, on travaille avec nos mains, on est crado, je ne me coiffe pas et je mets les mêmes habits plein de poussière et mon grand chapeau de cowboy tous les jours. Ah oui, et on mange divinement bien et on rigole tout le temps avec notre maman Dolores.

Tout cela c’est grâce à  woofing.com (working on organic farms) qui met en relation les projets / fermes et les volontaires. Notre mission est d’aider au quotidien en échange du gîte et du couvert. Bien évidemment on ne sait jamais vraiment sur quoi on va tomber et c’est bien ça qui m’éclate.

Dolores en cuisine

Dans les activités au Rancho, ils ont besoin d’aide pour à peu près tout.

Le Rancho compte actuellement poules, canards, oies, dindes, brebis, moutons, lapins, chien, chat. Une petite fabrique artisanale de bière (un petit hangar), une petite serre avec quelques légumes et autres jeunes pousses à replanter.

Ma poule de compagnie

Dolores (aka Lola) a repris la ferme de son père en septembre 2016 et avec l’aide de David (le seul employé à temps plein), Nathi, Francisco (aka Panchito), son fils Eduardo (aka Lalo) et les volontaires, elle essaye de redonner vie au Rancho et d’obtenir la certification écologique.

L’idée des volontaires n’est que récente et nous ne sommes que les troisièmes arrivants. Avant nous sont venus travailler un américain puis une anglaise (Helen) qui passa une partie de la semaine à nos côtés. Le fait d’être les premiers volontaires bilingues en espagnol représente une grosse différence et Dolores s’en donne à cœur joie car elle ne parle pas du tout anglais et on sent qu’elle a beaucoup à raconter !

Les activités sont diverses et les horaires pas vraiment exigeants. Petit déjeuner à 7:30 et début des hostilités 8:00 puis collation (second petit déjeuner, salé cette fois-ci) entre 11:30 et 12:30. Ça dépend des jours. Œufs de la ferme, tortillas, guacamole, riz et haricots rouges, omelettes, tacos dorados au poulet… Ça dépend de l’inspiration de Mamá Dolores.

Dolores au marché

Ensuite on retourne bosser jusqu’à 16:30/17:00 avant le dîner de 17h30/18h.

Ecossage des fèves, arrosage des plantes dans la serre, alimentation de tous les animaux, vaccination des 400 nouveaux petits poulets avec le vétérinaire, nettoyage des parcelles du jardin pour pouvoir planter les jeunes pousses, sacrifice, nettoyage, préparation et mise sous vide de la viande de trois dindes avec David et Nathi (là c’est Rory qui s’y est collé), courses au marché, fabrication de 120 litres de pale ale avec Francisco (la bière c’est moi qui m’y suis collée !) livraison des frigos pour la boutique bio à Mexico DF pour leur ouverture imminente, préparation des bacs dans la serre et repique des jeunes pousses.
Assez divers !

Entre poulets après la vaccination

120 litres de bière artisanale avec Panchito

Sacrifice des bêtes et découpe de la viande

Avec David

La mort du canard

Je ne me lasse pas des histoires de Dolores qui parle sans cesse et qui a un sens de l’humour et une ouverture d’esprit décapants.

Notre cabane au dessus de la maison

Nous logeons dans la petite cabane à l’extérieur de la maison construite par le père de Dolores il y a des années. Elle est plutôt poussiéreuse et il y fait très froid la nuit (nous sommes à 2400 mètres d’altitude et le volcan qui nous regarde par la fenêtre s’élève à 5400 mètres) mais on adore notre petite barraque. Les vues sont magnifiques et on s’y sent bien même s’il nous faut un sac de couchage chacun et 4 couvertures en laine pour y dormir au chaud.

Nous ne travaillons pas le week-end. Enfin nous irons quand même à “la ville” afin d’aider à amener les frigos et autres nécessités pour la nouvelle petite boutique qui ouvre quelques jours plus tard. À 6 dans le pick up de David avec les célèbres bouchons à l’entrée de Mexico. Pas ma partie favorite.

Le dimanche c’est notre jour de repos et pendant que maman Dolores vend ses produits au marché de Coyoacán (México DF) nous partons en pick up avec David, Nathi, Miguel le père de David et Panchito direction le parc du volcan Popocatepetl. Oui oui à 6 dans le pick up avec ce que je définirais comme une plancha ronde, de la bouffe, des bières artisanales et des haches pour couper du bois.

Miguel – le papa de David. Quel personnage.

Atelier sauce piquante

Nopal grillé

Après un arrêt “Pulque”, une boisson alcoolique pré hispanique à base de sève de maguey (type de cactus) fermentée qui a traumatisé Rory pour bien longtemps et un chemin de terre qui n’en finit plus de finir, nous voici arrivés à un super spot dans le parc national du Popocatepetl (le fameux volcan, deuxième sommet le plus haut du Mexique). Les vues sur les montagnes et le volcan, les cascades et le repas succulent préparé par Nathi et David (je pèse mes mots car je ne m’attendais pas à ce que ça soit aussi bon) sont nos récompenses. Probablement une des meilleures journées depuis notre départ.

L’amour pour le Pulque bien gluant

Rancho el Castillo

Direction Oaxaca pour la suite des aventures.

Advertisements
This entry was written by pouloche and published on February 14, 2017 at 1:00 am. It’s filed under Francais and tagged , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

4 thoughts on “Vivre en famille dans un Rancho

  1. Salut Juloche et Roroche .
    La vie à la ferme m’ inspire alors je prends mon plus beau doigt (sur le clavier ) pour quelques commentaires .
    J’ aime bien voyager à travers ton blog installé en première classe ordi mais j’ai un petit faible pour l’ étape ferme : c’ est super de voir des ” jeunes citadins ” se rapprocher comme cela de la nature et on voit que vous aimez cette nouvelle vie provisoire .
    Cà me rappelle ma jeunesse et ma vie à la ferme de pépé Jean , j ‘ai grandi au milieu des moutons, lapins, poules, chiens et chats, fait les foins, travaillé dans des jardins géants (pépé était jeune ! ) et avec des arbres fruitiers de partout à entretenir et récolter…… et donc ça me touche de te voir au milieu de tout cela.
    Il y a aussi 2 tontons qui suivent vos aventures de près, c’est Bruno, quand on a un creux au lycée , il adore et Benoit depuis peu , on en a parlé en vtt ce matin.
    Vous êtes en plein dans la philo M Horn, j’ai lu un deuxième livre : ” la tête dans les étoiles” où il disserte sur sa vie (toujours fan ) : il a un seul ennemi, la routine et il a toujours voulu aller voir le monde ailleurs (de manière un peu extrême certes !), alors continuez à aller voir le monde et surtout “garder les pieds sur terre et la tête dans les étoiles “.
    Un mot me vient à l’esprit : fier de ce que tu fais !
    Profitez encore et encore (j’ai pas trouvé d’autres mots ) et bises à vous deux les ranchos .
    Papa Dan .

    Like

  2. Génial comme expérience ! Quel plaisir de vous lire et de découvrir ce que vous faites à l’autre bout du monde.. Amusez vous bien, on vous embrasse

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: