La Bohème

Dans la Sierra colombienne

La Sierra de Santa Marta est la chaîne de montagne côtière la plus haute du monde. Beaucoup plus ancienne que les Andes, elle s’est créée indépendamment des autres écosystèmes montagneux du pays. Nous y avons passé presque 15 jours au total.

Cela dit, étant donné ma zone de confort, mes habitudes de vie et le plaisir que j’ai à être entourée d’enfants, je n’aurais jamais pu me douter du déroulé de notre volontariat dans la sublime Sierra colombienne.

IMG_5852

En effet, le plus gros challenge de cette expérience ce ne sont pas les moustiques très agressifs, ce n’est pas non plus le crapaud qui venait visiter notre cabane à la tombée du jour ni les veuves noires et autres araignées poilues avec lesquelles nous avons appris à coexister protégés sous notre moustiquaire, ce n’est pas non plus l’absence d’électricité ni les conditions d’hygiène très basiques ou l’extrême vigilance permanente pour éviter les serpents, ce n’est pas non plus l’humidité et les pluies torrentielles qui s’abattent sur notre si joli camp de base en fin de journée, non non non, le plus gros challenge pour moi ici, ce sont les gosses…

IMG_20170411_203358736-1

IMG_20170423_071501249

IMG_6038

Plantons le décor :

Nous sommes à 45 min de moto cross du village le plus proche ou 2 heures de marche. La nature, les bruits, les couleurs, les paysages sont féeriques. Nous sommes montés la première fois en moto, avec deux colombiens, “William” et son neveu, pour connaître cette famille qui nous accueille en principe pour au moins 15 jours. Sandrine, la maman, est française et a vécu au moins 16 ans entre Barcelone et Sitges. Le papa Russel est anglais et est actuellement en voyage en Europe. Leur fille Lili, 5 ans, est une jolie petite blonde aux yeux bleus. Il faut ajouter Princesa la chienne et ses 7 chiots, Nana et Selva les chats (je suis amoureuse du chaton Selva) ainsi que leurs poules et les deux coqs.

IMG_5677

Jour de naissance

IMG_5684IMG_5880

À notre arrivée il y a déjà une volontaire, Ashley, trentenaire américaine avec qui j’allais passer de belles heures en cuisine.

IMG_5990

IMG_5768

Sandrine, Ashley, Lili et moi

Après quelques jours d’adaptation, ce sont en fait deux enfants de 5 ans qu’il faudra apprendre à apprivoiser. En effet, Jessica, une maman voyageuse moitié nippone moitié américaine est elle aussi venue s’installer à l’Eden avec sa fille Isabella. Pas facile tous les jours.

IMG_5780

IMG_5899

Qu’est ce que l’on fait là ? 

Nous sommes arrivés ici grâce à la page workaway qui permet de mettre en relation des projets et des volontaires. Ici, en échange de 3 supers repas par jour (que nous préparons à tour de rôle) et une cabane rudimentaire avec lit et moustiquaire, nous travaillerons 3/4 heures par jour afin d’aider à la progression du projet. Nous participons également aux frais de la communauté à hauteur de 3€ par jour et par personne.

IMG_5753

IMG_5741

Burgers végétariens yuca betteraves

Construction, optimisation des lieux de vie, plantation d’arbres et de graines selon les principes de permaculture, désherbage, création de nouveaux chemins sont quelques unes de nos activités quotidiennes et nous avons droit à 2 jours de repos pour 5 jours travaillés.

Les points positifs :

– Le sommeil est très important lorsqu’on voyage en itinérant. Le fait de changer de lieu de vie aussi souvent peut parfois être perturbant. Cependant, dormir dans la Sierra s’est avéré magique et les nuits de calme absolu sans internet, sans électricité, sans nuisance sonore resteront sûrement les nuits les plus reposantes de ce trip.

– Nous sommes en pleine nature et nos voisins sont des paysans colombiens ou des indigène Kogi, une communauté indigène très respectueuse de la nature.

IMG_6078

Famille de Kogis

IMG_6064

– Les fruits que nous ramassons sur le terrain et aux alentours sont fantastiques.  Ananas de plusieurs couleurs, bananes de différentes sortes, avocats et autres découvertes sont absolument délicieux.

– récolter les œufs des poules le matin et ingérer les protéines dont nous avons besoin puisque tous les repas sont végétariens

– Partir à pied avec un petit baluchon ou notre sac à dos avec toutes nos affaires vers Palomino retrouver la mer. L’un comme l’autre sommes satisfaits de prendre une pause et de retrouver nos copains français rencontrés à Riohacha.

IMG_6029

Deux heures de marche vers le village le plus proche

– Nous baigner dans la rivière. Seuls au monde.

IMG_5954

– Passer deux jours complètement seuls à l’Eden à profiter et passer les après-midi de pluie torrentielle et d’orage à regarder la série Narcos sur notre téléphone sous la moustiquaire de la cabane en pleine jungle. Le décor parfait. Merci Rory d’avoir tout téléchargé en amont.

IMG_5994

– Les paysages et surtout ce vert, partout, ce vert…

Les points négatifs :

– La difficile vie en communauté avec les enfants des autres. Enfants qui n’ont pas l’habitude d’avoir des règles. Elles ne vont pas à l’école et changent de repère continuellement puisque l’une voyage seule avec sa mère depuis 8 mois et l’autre voit défiler des volontaires chez elles. Elles sont aussi très libres car il est souvent mauvais de mettre des limites à l’enfant… Ajoutons à cela une enfant très compliquée au caractère soupe au lait très exacerbé, cela donne…  un immense bordel!

IMG_5761

Il ne faut pas se fier à cette bonne bouille

– L’isolement puisqu’à part les voisins éloignés qui viennent nous rendre visite pour apporter des fruits frais, il n’y a guère d’interaction ou de rencontres possibles.

IMG_5937

David notre voisin préféré

– l’immersion très limitée en matière de permaculture. En effet il y a beaucoup de logistique quotidienne à assurer et cela prend beaucoup de notre temps. Nettoyer tous les matins car la vie en extérieur avec les animaux, la pluie, la poussière du feu génèrent une saleté quotidienne assez importante. Préparer les repas. Allumer le feu pour que les insectes se tiennent à l’écart de la zone de vie. Veiller à ce que les enfants ne fassent pas trop de conneries.  Récolter les fruits, les maïs, les avocats… Bref tout cela ne laisse que peu de temps pour planter des arbres ou apprendre des nouvelles techniques de culture.

– L’humidité. J’ai eu beaucoup de mal à acepter de passer ces 12 jours sans être capable de faire sécher mes vêtements ou en voyant mon sac commencer à moisir. La première fois depuis notre départ que je me dis que je n’ai pas assez de vêtements ou que je rêve du luxe d’en changer.

IMG_6020-1

Portrait de famille

En bref, une expérience de vie communautaire en pleine nature qui nous a particulièrement marqués l’un comme l’autre et nous laisse des sensations mitigées quand au concept du volontariat.

 

Advertisements
This entry was written by pouloche and published on April 24, 2017 at 5:18 am. It’s filed under Francais and tagged , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: